Ce sont plutôt mes convictions en terme d’ergonomie de site web, plutôt que de règles d’ergonomie dont il s’agit.

Vous pouvez les prendre comme des règles, les tester, les vérifier, ne retenir que ce qui vous parle. Ces règles d’ergonomie ne sortent pas de mon chapeau, elles sont le résultat de 15 ans d’expérience, de réflexion mais aussi de lecture et de partage.

KISS « Keep It Simple Stupid » (faites toujours plus simple)

S’il n’y avait qu’une seule règle à retenir ce serait bien sûr celle-ci. Mais attention ce n’est pas facile de faire simple, surtout pour parler de son activité, a fortiori lorsque plusieurs services sont impliqués (comme le marketing, le commercial, la com’, la direction générale, voire la DSI). Si le sujet de l’ergonomie des sites web vous intéresse, lisez absolument le célèbre « Don’t make me think » de Steve Krug. S’il date un peu, le fond est toujours aussi pertinent.

Anticipez les attentes de vos visiteurs

Avant de cliquer sur un lien ou d’interagir avec votre site, un visiteur s’attend à quelque chose, faites l’effort de ne pas le décevoir en apportant un contenu adapté à l’intitulé du lien (la promesse). Ne le stressez pas inutilement avec des liens dont la destination n’est pas évidente.

Interagissez discrètement et régulièrement

Les objets qui permettent une interaction avec le site doivent être évidents. Au survol par la souris signalez discrètement mais clairement à l’utilisateur que vous êtes prêt à prendre en considération son action. Le changement de curseur pour une main est un signal nécessaire, mais pas forcément suffisant. Renforcer l’objet en le soulignant, le fonçant, en l’encadrant. L’affadir tendrait à signifier que l’action n’est pas possible (le célèbre grisé des interfaces windows/mac).

Les contenus d’abord

Les utilisateurs s’intéressent aux contenus, pas à la navigation. La navigation est encore trop souvent au centre des préoccupations lors d’une création ou d’une refonte de site web. La navigation n’est que le moyen d’accéder à l’information qu’elle soit en menu ou dans le corps de page (zone chaude), le seul objectif est qu’elle soit évidente pour l’utilisateur.
Si l’objectif principal de votre site est juste d’en mettre plein la vue, sans délivrer de service ou d’information un peu complexe, cette règle ne s’applique pas. Dans tous les autres cas, il n’y a pas à hésiter.
N’oubliez pas que les utilisateurs n’apprendront pas à naviguer sur vote site !

Testez, re-testez et testez encore

Connaître son client et avoir une solide expérience en ergonomie n’est pas suffisant pour produire un site optimal. Vous avez beau avoir appliqué scrupuleusement toutes les règles d’ergonomie d’un site web, avoir « pensé à tout », les utilisateurs feront leur propre expérience, ils interagiront d’une manière qui n’est pas forcément celle que l’on avait prévu, ils n’agiront pas tous de la même manière. En fonction de leur provenance, du nombre de fois qu’ils ont visité votre site on pourra dégager des tendances de comportement. Pour celà, mesurer est indispensable (« Vous ne pouvez pas améliorer ce que vous ne pouvez pas mesurer » Baron Kelvin. ). Une bonne utilisation de son outil de web analytics (Google analytics, Omniture, xiti AT Internet…) permet de mesurer précisément les actions des utilisateurs. Ensuite, il faudra améliorer les pages identifiées  Là, les tests (type A/B voire MVT) aident à améliorer les pages en situation réelle. Les tests utilisateurs sont généralement réservés à des problématiques larges mais ne les négligez pas. Ils peuvent être conduits in situ, voire en ligne. Pour une vision globale de la satisfaction, on peut aussi avoir recours aux enquêtes en ligne, certaines sont gratuites en version de base.

Oubliez le nombre de clics

La distance perçue pour atteindre son objectif ne se mesure pas en nombre de clics. Ne perdez pas de vue que les utilisateurs ont tendance à stresser facilement. La distance semblera d’autant plus courte que l’utilisateur sera sûr d’être sur le bon chemin. Toutefois, sur un site où les utilisateurs reviennent souvent (services en ligne), pensez à proposer des raccourcis pour les utilisateurs expérimentés.

Annoncez la promesse du site

proposition amazon Ergonomie dun site web, mes 10 règles dorLa proposition principale du site doit être évidente. On utilisera généralement la baseline ou l’accroche, généralement associée au logo, ou les entrées de navigation principale, mais tous les moyens sont bons. Une très belle illustration chez Amazon qui associe immédiatement et sans effort la marque = boutique + les rayons (MP3 et Cloud Player…).

Si c’était du russe

Regardez votre page comme si elle était en russe ou en néerlandais (ou une langue totalement inconnue). Un utilisateur extérieur qui sait au maximum de quoi parle le site doit être capable d’isoler et de comprendre les grands blocs. Si vous-mêmes êtes perdu, vous savez ce qu’il reste à faire. L’idéal est produire la page « en russe » (très facile avec des outils comme google translate) et de la soumettre à une personne qui en sait le moins possible sur votre activité.

Restez cohérent

La mise en page peut varier selon les rubriques, le système de navigation plus rarement. Dans tous les cas soyez très vigilant à utiliser toujours les mêmes  termes pour la navigation ou le rubriquage (le wording). Ce que vous avez appelé Cycles ici ne doit pas s’appeler Vélos ailleurs si le contenu est exactement le même.

A l’approche des zones d’engagement, les erreurs ne pardonnent pas

Le constat a été dressé maintes fois, une erreur ergonomique, une incompréhension, un clic douteux pardonne d’autant moins qu’il se situe proche d’un engagement de l’utilisateur, a fortiori un acte d’achat. Ce qui explique l’attention portée aux tunnels de conversion.

Intégrer les mobiles et tablettes dès la conception

Les interfaces pour mobiles et tablettes sont spécifiques (taille écran, pas de roll-over, ni de flash…), plus vous intégrerez en amont votre conception mobile plus elle sera fluide. L’intégration des contraintes plus fortes inhérentes au mobile peut même aider à la conception du site desktop (encore la simplification). Porter un site pensé pour desktop sur mobile peut se révéler pénible et coûteux.

Il n’y a pas de règle…

L’application de telle ou telle règle dépend de votre contexte, de votre cible et de vos objectifs. S’il n’y a aucun problème à transgresser des règles, il y a un gros problème à ne pas les connaître.

Je reprendrai (probablement icon wink Ergonomie dun site web, mes 10 règles dor ) certaines de ces règles d’ergonomie internet en détail dans de prochains articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers